Detroit et autres dépendances

Avant de partir, tempête de vent et ses subordonnés

dans ces boulevard oubliés de l’Amérique on peut discerner le vrai mal qui hante la cité et peut-être toute la société américaine. La profonde séparation entre les êtres par la richesse. De longs boulevards oubliés.

 

 

 

Retour aux pauvres bâtiments noircis et à leur lente mort. Comme ce drame que les pompiers n’ont pu éteindre de leurs lances à incendie, un calme samedi de travail, à l’après-midi. Ça causera 146 morts… mais ça c’est une autre histoire à paraitre plus tard.

 

 

 

Ce qui m’amène à me poser la question, qu’est ce qu’il y a sous mes pieds. Qu’ont-ils doucement enterrés là, dans les gravas…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s